Taciturne disque d’or fin octobre, Dinos avait annoncé dans la foulée qu’il allait falloir compter sur lui pour l’hiver. Et l’attente ne fût pas longue puisqu’un mois plus tard, le 27 novembre, « Stamina, » était disponible. Il n’a pas fallu attendre longtemps non plus pour voir nombre d’éloges concernant le fameux « Stamina, », dont la hype était bien présente, se multiplier. Mais alors le troisième album de Dinos est-il à la hauteur de ce que l’on attendait ?

Une communication intélligente 

Avant même de parler du fond de l’album, bien que cela soit très subjectif et varie d’une personne à l’autre, il y a la forme. Et pour ce qui est de la forme, l’équipe de Dinos a visiblement tout compris. 

Il y a déjà un titre : « Stamina, ». Un mot peu utilisé ponctué d’une virgule, qui a son importance.

Pour France Culture, Dinos s’est étendu sur la signification de ce titre assez intrigant. « Le titre de l’album, « Stamina », correspond à cette première partie de carrière que je suis en train, je l’espère, de bien achever, pour commencer la deuxième. Pour cela, ce dont j’ai eu le plus besoin, c’est d’endurance. Je rêvais de réaliser un bon triptyque, et d’avoir une certaine progression : je pense que j’y suis parvenu. Maintenant, j’attaque la deuxième partie de carrière, celle où je rentre dans la cour des grands, de ceux qui vendent assez de disques, et c’est une cour, où il faut batailler pour être le meilleur ».

Dinos Stamina

Cover : Dinos – Stamina, © Fifou

Pour dévoiler sa tracklist, Dinos et son équipe ont mis en place un jeu de mots croisés de quatorze mots pour les quatorze titres de « Stamina, ». A gagner : une écoute de l’album avec Dinos, un disque d’or de « Taciturne » avec son nom gravé dessus et un bon de 150€ valable sur la boutique Namaste Club. Après plusieurs centaines de participations sur Twitter et Instagram, les trois vainqueurs ont été annoncés un peu moins de 24 heures plus tard. 

Quelques semaines avant la sortie de « Stamina, », Dinos s’est fait remarquer sur « Sacoche », un morceau drill tranchant à l’occasion de la publication de la compilation « Art de Rue » regroupant des artistes issus du 93.

Quelques jours plus tard, c’est sur le freestyle « Booska Stamina, » que l’auteur de Taciturne s’est illustré se fendant notamment d’une phrase qui démontre bien sa montée en puissance dans la hiérarchie française ces derniers temps : « J’pensais qu’à 25 ans, j’aurais un disque d’or : j’ai deux ans d’retard. J’pensais qu’à 30 ans, j’aurais une Rolex : j’ai trois ans d’avance ».

Comme pour Taciturne où Dinos avait glissé quatre sons bonus dans les versions CD, deux sons en plus étaient offerts aux heureux acheteurs de la précommande de l’album. Il s’agit de « Bad Wo » et « Solaar Pleure Encore ». Les deux morceaux, qui ont été envoyés par mail à l’occasion de chaque précommande, ne pourront pas sortir en raison d’un problème de droit d’auteur. 

« J’ai envie de respect, j’ai plus envie de plaire », 93 Mesures

Un puits de références

Dans ce nouvel opus, Dinos fait notamment référence au contexte actuel dans le monde et en France. La question de la sécurité suite à plusieurs cas de violences policières est malheureusement l’un des titres qui revient le plus souvent dans l’actualité. On pense évidemment à l’affaire George Floyd, qui a remué le monde entier.

Dans son morceau, « 93 Mesures », formé d’un couplet unique, le rappeur de la Courneuve fait le parallèle entre entre les contrôles de police et la mort avec une phrase qui a été citée de nombreuses fois depuis la sortie de l’album : « Chaque contrôle de police me rapproche de mon feat avec 2Pac ».

Des paroles qui ont été recopiées sur des pancartes lors de la manifestation contre la loi sécurité globale le 29 novembre dernier. Sur le morceau Judas, les conflits avec les forces de l’ordre, notamment, ressortent également au moment du refrain : « C’est mort on tournera pas la page, Zyed et Bouna, j’en passe, j’ai un genou à terre, j’ai la rage, fuck la censure et tiens, mort aux vaches ».

Au-delà de cette référence à l’actualité, Dinos est habitué des phases ponctuées par des références en fonction de ses centres d’intérêt et dès les premières paroles de l’album on entend Nosdi faire un clin d’œil à Bruce Wayne, autrement dit Batman dans Diptyque : « L’argent c’est l’meilleur des pouvoirs demande à Bruce Wayne ». Un morceau qui porte lui-même le nom d’une marque de bougie qu’il aime particulièrement. 

De Batman à Tekken en passant par Liverpool, Les Mystérieuses Cités d’Or, Breaking Bad, Charles Aznavour, Dragon Ball, le catch et même Salvador Dali, l’anciennement nommé Dinos Punchlinović montre une partie des influences qu’il a pu avoir à travers sa vie.

Vrai passionné de rap et de musique au-delà d’en avoir fait son métier, l’artiste représenté par le label SPKTAQLR est même allé jusqu’à reprendre la mélodie du morceau « Trop peu de temps » de Nuttea dans le refrain de son titre « Demain n’existe plus ». Si « Bad Wo » et sa reprise de « Moi, Lolita » d’Alizée n’est pas officiellement sur le projet, la reprise de Nuttea est bien présente et nous replonge presque dix ans en arrière le temps de quelques secondes. Un vrai plaisir. 

Dinos Stamina,

Dinos – © Fifou

Derrière tous ses titres, Dinos a pu compter sur Benjay, Binks Beatz, BKH, Chapo, Dolfa, Draco Dans Ta Face, DSK, Heinzenberg, Ken & Ryu, Lossapardo, Ray Da Prince, Sofiane Pamart, Twenty9 et Twinsmatic. Parce que si les textes du rappeur du 93 sont très bons, ils ne le seraient pas autant sans de magnifiques instrus. 

Des invités surprises

Alors qu’on attendait uniquement un featuring avec Laylow sur « Stamina, » teasé comme étant la meilleure collaboration de sa carrière, Dinos a laissé place à la confusion lorsque l’album a été rendu disponible sur les plateformes. À l’affichage de la tracklist, aucune collaboration n’était présente à première vue, ni même dans les crédits des morceaux. Finalement, au fil de la lecture on se rend compte que Nosdi a fait la meilleure des surprises à ses fans en invitant bien Laylow mais également Nekfeu, DA Uzi, Leto, Tayc, Zefor et Zikxo sur son album. 

Dinos Stamina

Tracklist « Stamina,»

Sept ans plus tard, Dinos et Nekfeu se retrouvent (enfin !) pour un nouveau featuring. Et quel morceau. Top 1 Spotify une semaine après la sortie de l’album, les deux hommes ont signé un passe-passe mémorable qui a dû réjouir et surprendre bon nombre d’auditeurs lors de la première écoute du morceau. « Quoi de neuf depuis 2013 ? », demande Nekfeu en début de morceau.

Dans un son dont le titre était indiqué comme correspondant au « leitmotiv de Winterfell » dans ses mots croisés, Dinos démontre une nouvelle fois son attrait particulier pour la série Game of Thrones qu’il a plusieurs fois cité dans son album Taciturne, notamment. Et pour faire ce titre, qui d’autre que Leto, autre fan de GoT, comme en témoigne son album « 100 Visages », qui vient directement faire référence à un peuple de la série, elle aussi souvent citée par le rappeur de PSO Thug. Le quartier, la drogue, la police, les femmes et le luxe, avec des thèmes comme ceux-ci Leto est en terrain conquis sur « Le Nord se souvient ».  

La piste la plus surprenante est la sixième : « Je Wanda ». S’il y a un des artistes invités que l’on ne pouvait s’attendre à voir là c’est Tayc. Bien que ses thèmes de prédilection soient l’amour et les relations hommes/femmes, l’auteur de « N’y pense plus » a pour habitude de faire des sons plus dansants que Dinos. C’est d’ailleurs à la croisée des deux univers que se glisse ce titre faisant référence à de l’argot camerounais. Une collaboration moins habituelle, mais loin d’être déplaisante, ramenant un peu de chaleur à l’univers hivernal de Dinos. 

Une progression fulgurante

Trois fois plus. C’est le nombre d’albums qu’a vendus Dinos en une semaine avec Stamina, comparativement à Taciturne en 2019. L’année dernière en midweek (trois premiers jours), le deuxième album du rappeur francilien pointait à 5 049 ventes tandis que « Stamina,» chiffrait déjà à 15 657 ventes. Déjà au bout de 24 heures, les chiffres étaient plus qu’encourageants. Sur Spotify, Dinos s’est en effet hissé à la onzième place du classement des meilleurs démarrages de 2020 avec 3,6 millions de streams et 7 morceaux dans le TOP 10 alors que Taciturne avait cumulé moins d’un million de streams en une journée, toujours sur Spotify.

Quasiment même constat au bout d’une semaine. Au 3 décembre 2019, le second album de l’artiste courneuvien s’était écoulé à 7 815 tandis qu’après une semaine d’exploitation Stamina, culmine à 23 236 ventes. Mais la performance se trouve notamment dans les ventes physiques. Si l’année dernière la part de ventes physiques s’élevait déjà à pas loin de 50% (3733 disques vendus), cette année le physique a une nouvelle fois suivi et représentait 50% de ses ventes en midweek et 38% après une semaine. Logiquement grâce aux précommandes.

Il est bien loin d’ici « le mec que tout le monde aime bien mais qui ne vend pas beaucoup de skeuds ». 

Des textes toujours aussi poignants, une mélancolie dont il a le secret, des morceaux parfaits pour l’hiver, des collaborations qui ont du sens, le talent de Dinos n’est plus à prouver mais aujourd’hui il a réussi à élargir son public. En plus d’avoir signé un très bon projet, Dinos est entré dans une nouvelle dimension en terme de popularité. Album de l’année ? On est au moins tous d’accord pour dire que « Stamina, » a marqué 2020. 

Écouter l’album « Stamina, » sur toutes les plateformes de streaming.

Retrouve les morceaux de « Stamina, » dans notre playlist « La frappe ».

Dylan De Abreu